Université de Rennes 1

  • Construisez votre projet d'orientation

    Du 12 au 14 janvier 2017, le plein d'informations et de rencontres pour réussir vos études. Rendez-vous au Parc des expositions de Rennes-Aéroport

    Salon de l'Etudiant Rennes

    Plus d'une centaine de personnels de Rennes 1 moblilisés

    Du jeudi 12 au samedi 14 janvier 2017, l'Université de Rennes 1 vous accueille sur ses stands lors du Salon du lycée et de l'étudiant de 9h à 17h (samedi, jusqu'à 18h) au Parc des expositions de Rennes-Aéroport.

    ==> 3 jours pour vous renseigner sur nos formations, échanger avec les enseignants, les enseignants-chercheurs, les personnels administratifs et les étudiants, approfondir votre projet professionnel, assistez aux conférences...

     

    Stand Rennes 1 Salon de l'Etudiant

    Les conférences du jeudi 12 janvier

    9h30

    • Technicien, ingénieur, chercheur : panorama des études scientifiques

    Salle 1 - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Franck Thibault, enseignant-chercheur, UFR Physique

    • Objectif BTS/DUT : pour qui ? Pour quoi ?

    Salle Région Bretagne - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Gilles Le Certen, Directeur IUT de Rennes

     

    12h00

    • BTS/DUT : une filière courte et après ?

    Salle 1 - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Thierry Gaillard, Chef du département Réseaux & Télécoms, IUT de Saint Malo

     

    14h00

    • Economie, gestion : quelles études ? Quels métiers ?

    Salle 1 - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Ludovic Babin, Responsable des Licences 1 Eco-gestion, Faculté des Sciences Economiques

     

    15h00

    • Etudes de santé : qu’en est-il de cette première année ?

    Salle 1 - avec notamment une intervenante de Rennes 1 :
    Marie Le Floch, enseignante en pharmacie, membre de la coordination de la PACES et enseignant référent pour le Tutorat Paces sur le campus Santé

    • Partir à l’étranger ou comment internationaliser son parcours ?

    Salle Région Bretagne - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Yvan Coadour, Direction des Affaires et Relations Internationales

     

    Les conférences du vendredi 13 janvier

    10h45

    • Droit, sciences politiques et administration : quels métiers, quelles études ?

    Salle 1 - avec notamment une intervenante de Rennes 1 :
    Tiphaine Le Yoncourt, enseignante-chercheuse et vice-doyenne chargée de la réussite des étudiants en licence et de la liaison lycée/université

     

    12h00

    • Choisir des études en alternance

    Salle Région Bretagne - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Pierre Alain, responsable de la formation Informatique Multimédia et Réseaux en alternance, ENSSAT Lannion

     

    14h00

    • Intégrer une école de commerce : tout de suite après le bac ou après un Bac + 2/3 ?

    Salle 1 - avec notamment une intervenante de Rennes 1 :
    Gwénaëlle Poilpot-Rocaboy, Professeure des Universités, IGR-IAE Rennes

     

    Les conférences du samedi 14 janvier

    10h30

    • Enseignement supérieur mode d’emploi (inscriptions, démarches, études...)
      Conférence organisée en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

    Salle 1 - avec notamment une intervenante de Rennes 1
    Cécile Lecomte, Vice-présidente Orientation et Insertion Professionnelle, Directrice du SOIE et présidente de la COURROIE

    • Travailler dans les secteurs de la communication

    Salle Région Bretagne - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Franck Chambrun, Responsable du DUT Communication des organisations, IUT de Lannion

     

    15h00

    • Intégrer une école d'ingénieurs : tout de suite après le bac ou après un bac + 2/3 ?

    Salle Région Bretagne - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Thierry Gaillard, Chef du département Réseaux & Télécoms, IUT de Saint-Malo

     

    16h00

    • Droit, sciences politiques et administration : quels métiers, quelles études ?

    Salle Région Bretagne - avec notamment un intervenant de Rennes 1 :
    Gilles Guiheux, Directeur de l'enseignement et de la recherche, IPAG de Rennes

     

    Pour préparer votre visite

    Rendez-vous également sur nos campus le samedi 4 mars pour la Journée Portes Ouvertes

    La journée Portes Ouvertes se tient le samedi 4 mars 2017 sur les campus rennais :

    • Campus santé de Villejean
    • Campus centre : Faculté de droit et de science politique, faculté des sciences économiques, IGR-IAE de Rennes
    • Campus de Beaulieu et IUT de Rennes
       

    Vous vous interrogez sur votre avenir ?
    Vous êtes lycéen, étudiant ou vous envisagez de reprendre des études ?

    Visitez les campus : amphis, bibliothèques, laboratoires de recherche, lieux de vie étudiante…
    Echangez avec les enseignants et les étudiants,
    Et participez aux conférences pour tout connaître des formations, carrières, débouchés et de la vie après le bac.

    Programme à venir

    A noter : autres dates de portes ouvertes

    samedi 4 février 2017 à l'ESIR (10h à 17h)
    samedi 11 mars 2017 à l'IUT de Lannion (9h à 16h30)
    samedi 11 mars 2017 à l'ENSSAT (Lannion) (10h à 16h)
    samedi 11 mars 2017  à l'IUT de Saint-Brieuc (9h à 16h)
    samedi 11 mars 2017  à l'IUT de Saint-Malo (9h à 17h)

    Journée Portes Ouvertes Rennes 1


  • Les universités rennaises et le Crous font rentrée commune

    Les présidents des universités de Rennes 1 et Rennes 2 ainsi que le directeur du Crous ont présenté les nouveautés de l'année 2016-2017 à la presse.

    A l’occasion de la conférence de presse de rentrée le 2 septembre, Olivier David (à gauche), président de l'Université Rennes 2, David Alis (au centre), président de l'Université de Rennes 1 et Hervé Amiard (à droite), directeur du Crous Rennes Bretagne ont fait le point sur la rentrée universitaire 2016-2017.

    Les campus s’adaptent aux rythmes de vie et d’études des étudiants

    La BU du campus Centre va accueillir les étudiants le soir et le week-end

    À partir d’octobre 2016, les étudiants des universi­tés de Rennes 1, Rennes 2 et des écoles partenaires auront accès à 280 places dans des espaces de travail connectés à la BU Droit Éco Gestion du cam­pus Centre. Ces espaces seront ouverts en plus des horaires habituels sur les créneaux suivants

    •  du lundi au vendredi de 19h à 22h,

    •  le samedi de 17h30 à 22h,

    •  le dimanche de 13h à 19h.

    Ces ouvertures seront assurées par des moniteurs étudiants et des agents de sécurité, sans service de bibliothèque. Cette amélioration de la qualité des services offerts aux étudiants ainsi qu’aux personnels fait suite au plan « Bibliothèques ouvertes » lancé par le minis­tère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, visant à mieux prendre en compte les rythmes de vie et d’études des étudiants.

    Cafet’ du Crous : des espaces conviviaux pour se restaurer et co-worker

    À partir de la rentré 2016, les étudiants rennais pourront, tout au long de la journée, fréquenter les cafétérias Crous des campus Villejean, Beaulieu et du Centre. À proximité des BU, ces lieux de restauration du Crous sont équipés de Wifi et mettent à disposition des jeunes, des espaces conviviaux et adaptés au co-working.

    Comme dans la cafétéria du campus santé de Villejean, le restaurant universitaire l’Astrolabe (Beaulieu) accueille désormais un des quatre Points Info étudiants (PIE) de l’Université de Rennes 1.

    La nouvelle offre de formation se prépare

    Les universités préparent actuellement leur nouvelle offre de formation, qui sera proposée aux étudiants à la rentrée 2017.

    L’offre de formation est en effet renouvelée tous les 5 ans, après évaluation et obtention d’une « accré­ditation » du Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la Recherche. La nouvelle offre de formation, traduira la stratégie des établissements, en intégrant les textes règlemen­taires les plus récents (2014 : cadre national des for­mations, décret sur les stages, référentiels nationaux de compétences, 2015 : spécialisation progressive en licence, notamment).

    Accueil des nouveaux étudiants

    Planète Rennes 1 : 15 jours pour découvrir les campus de l’Université de Rennes 1

    Pour souhaiter la bienvenue à tous les nouveaux étu­diants, Rennes 1 organise sur chaque campus des animations ludiques et sportives, un pique-nique en musique, des stands d’informations, des visites…

    •  6 septembre - campus Centre, de 12h à 14h

    •  8 septembre - campus santé de Villejean, de 12h à 14h

    •  15 septembre - campus de Beaulieu, de 12h à 18h

    Et le jeudi 15 septembre, une grande soirée de rentrée devant le Diapason !

    Et aussi...

    • Apprendre en faisant : les fablabs se développent à Rennes 1
    • Le service formation continue obtient la qualification professionnelle OPQF
    • Classement des facultés de médecine : Rennes en 6e place pour les épreuves classantes nationales
    • Rennes 1 accueille 380 étudiants internationaux du programme de master EIT Digital spécialisé dans l’innovation numérique
    • Concours national de création d’entreprises i-Lab 2016 : trois startups partenaires de Rennes 1 récompensées

    Pour en savoir plus, consultez le dossier de presse.



  • Plan Vigipirate : sécurité renforcée à l’université

    Dans le cadre du plan Vigipirate "vigilance renforcée", des mesures sont prises pour préserver la sécurité des personnels et des usagers au sein de l'établissement.

    Dans le cadre du plan Vigipirate "vigilance renforcée", des mesures sont prises pour préserver la sécurité des personnels et des usagers au sein de l'établissement :

    • en renforçant la surveillance des locaux : des agents de sécurité pourront procéder à des contrôles visuels des sacs et de la qualité des personnes de façon aléatoire. Toute personne ne respectant pas ces consignes ou refusant de se soumettre aux contrôles se verra interdire l'accès aux locaux.
    • en appelant à respecter les consignes suivantes.

    Consignes générales pour les étudiant(e)s et personnels

    • Pouvoir être en mesure de justifier sa qualité d'étudiant ou de personnel sur les campus (carte d'étudiant, carte professionnelle ou à défaut pièce d'identité). Les services de l'université sont susceptibles de demander la présentation de ces pièces à tout moment, et ponctuellement aux entrées des sites et bâtiments lors d’opérations de contrôle.
    • Se soumettre au contrôle visuel du contenu des sacs, paquets, bagages à main, demandées par les personnes habilitées (responsables de campus, doyens, directeurs et responsables administratifs d'UFR, écoles et instituts, responsables des services communs et centraux, personnels du Service Qualité, Sécurité, Environnement - SQSE).
    • Signaler tout objet pouvant être suspect et abandonné par son propriétaire. Il est interdit de laisser sans surveillance les bagages et les affaires personnelles dans les salles de cours, bibliothèques, couloirs des bâtiments. Il est formellement interdit de garder ou de faire garder tout bagage ou colis dans les points d'accueil ou les secrétariats.
    • Signaler les agissements ou comportements manifestement anormaux.
    • Ne pas déverrouiller les portes et ne pas les bloquer en position ouverte.

    Tout signalement doit être fait auprès de la personne responsable / encadrante la plus proche, ou du responsable de site, ou du Service Qualité, Sécurité, Environnement.

    • Stationnement

    Les parkings feront l'objet d'une attention particulière. Les stationnements sont formellement interdits aux endroits réservés à l'intervention des services de secours ce qui, en cas de besoin aurait pour conséquence de ralentir leur intervention. Certains stationnements pourront être condamnés suivant les recommandations des autorités compétentes.

    • Déplacements

    Il convient également de s'interroger sur la pertinence de tout déplacement individuel ou collectif, et de décider notamment en fonction des consignes du Ministère des Affaires Etrangères en dehors du territoire métropolitain.

    Consignes particulières pour les personnels

    • Circulation de personnes extérieures à l’université

    Etre attentif aux entrées des personnels des sociétés ou entreprises intervenant dans l'établissement.

    • Livraison - colis

    Contrôler les livraisons et s'assurer de la légitimité des véhicules à accéder aux établissements (autorisation, identification).
    Ne réceptionner que les colis faisant suite à une commande, refuser la livraison de tout autre colis ou paquet non-identifié.
    Éviter toute accumulation d'objets (cartons, palettes, sacs) à l'intérieur ou à proximité des bâtiments.

    • Organisation de manifestation

    Toute manifestation publique organisée dans l'enceinte de l'université doit être signalée au moins 5 jours avant, au responsable de site. Le SQSE centralisera les demandes qui seront soumises à autorisation en lien avec les services de la préfecture.

    Numéros utiles

    • PC sécurité de l’université : 02 23 2(3 33 33)
    • Urgence POLICE : 17 ou 112

    Under the "enhanced vigilance" level of the Vigipirate Plan, measures are being taken to protect staff and students at the university:

    • by providing added surveillance: security guards may carry out random visual bag checks and ask people for identification. Anyone who does not follow instructions or who refuses to be checked will be denied access to the premises.
    • by issuing the following instructions.

    General instructions for students and staff

    • Be able to provide identification proving you are a student or staff member on campus (student card, business card or other ID). The University can ask you to show your ID at any time, and in particular at entrances to sites and buildings during security checks.
    • Allow visual inspection of the contents of bags, packages and hand luggage by authorized persons (campus officials, deans, directors and administrators of UFRs, schools and institutes, Central Services managers, Quality, Safety, Environment (SQSE) personnel).
    • Report any unattended suspicious items. It is strictly forbidden to leave luggage and personal belongings unattended in classrooms, libraries or hallways. It is strictly forbidden to leave luggage or packages at reception desks or secretary's offices.
    • Report manifestly abnormal behaviour.
    • Do not unlock doors and do not block them open.

    Reports must be made to the closest school official / manager or the site manager or to the Quality, Safety, Environment Department.

    • Parking

    Car parks will be carefully monitored. Parking is strictly forbidden in the places reserved for rescue vehicles. Some parking spots may be blocked off based on the recommendations of the competent authorities.

    • Travel

    Decisions to travel abroad should be made based on the guidelines of the Ministry of Foreign Affairs.

    Special instructions for staff

    • People on campus not affiliated with the university

    Pay attention to the personnel of companies or firms working at the university.

    • Delivery - packages

    Monitor deliveries and screen vehicles entering the university (authorization, identification).
    Accept only those packages that have been ordered; refuse delivery of any other packages or unidentified objects.
    Do not allow items such as cartons, pallets or bags to accumulate inside or near buildings.

    • Event organization

    The site manager must be notified of any public demonstration at the university at least 5 days prior to the event. The SQSE will centralize the requests, which will require authorization from the prefecture.

    Useful numbers

    • University Security Station: 02 23 2(3 33 33)
    • POLICE Emergency: 17 or 112


  • "Après le 13 novembre, travaillons à nous rendre heureux, ensemble !"

    Une semaine après les attentats qui ont endeuillé Paris, le point de vue de Jacqueline Lagrée, professeur émérite de philosophie et médiatrice de l'université de Rennes 1.

    "Peace for Paris", par Jean Jullien

    La tuerie du 13 novembre suscite dans la France entière et à l'étranger un effet de sidération et des sentiments mêlés de colère, de pitié, de peur parfois. D'autres, plus compétents que moi en ce domaine, analyseront les causes de ce mal et les moyens d'y remédier. Mais nous resterons attentifs à ne pas laisser les exigences légitimes des conditions de sécurité l'emporter sur les valeurs de la démocratie. Plus que jamais le goût de la liberté, la valeur de l'égalité qui exclut toute discrimination et le sens de la fraternité dans la solidarité doivent inspirer notre conduite. Ce dont nous avons besoin, ce ne sont pas de plaintes mais de silence qui est une forme de respect et d'actions justes.

    Toutefois, la philosophe que je suis ne peut s'empêcher de centrer sa réflexion sur un point.

    Les assassins du 13 novembre n'ont pas frappé au hasard ; ils ont visé des lieux où des gens comme vous et moi, des jeunes pour la plupart, vivaient ensemble un moment de plaisir : le plaisir de boire un pot avec des amis parce que la fin de la semaine est le moment où l'on souffle un peu, où l'on se retrouve avec ceux qu'on aime pour partager un verre et des conversations, sérieuses ou futiles, peu importe. Ils ont attaqué un lieu de spectacle et de musique qui mêlaient deux ou trois générations et de multiples cultures, des lieux de culture et de partage ; ils ont failli atteindre un stade où, sans enjeu de titre, des footballeurs donnaient du bonheur à grand nombre de gens, de l'enfant au senior, bonheur de bien jouer et bonheur de voir  jouer, au point que les premières détonations ont été interprétées comme des manifestations ludiques de supporters.

    Je n'aime pas vraiment le rock, je n'ai jamais assisté à un match de foot mais j'aime boire un café ou un apéritif en terrasse avec des amis. Ce plaisir éprouvé et honni des fanatiques qui le qualifient de pervers parce qu'ils en ont peur, est aussi, nécessairement un plaisir partagé : si l'on aime le foot, on va au match avec des copains ; on ne se contente pas de la télé en famille ; si on aime la musique, on va au concert quand on peut, qu'il soit classique, folk, jazz ou rock, et on n'y va pas seul mais en couple ou en bande car ce plaisir esthétique se redouble du sentiment d'une émotion partagée, d'une communion affective, pour ne rien dire des commentaires qui suivront, au café justement.

    Ce simple constat, que ce ne sont pas des juifs, des chrétiens, des athées ou encore des musulmans qui ont été visés, mais des gens ordinaires, heureux tout simplement et qui n'avaient pas envie d'être heureux tout seuls, doit aussi commander notre réaction. Ne nous laissons pas envahir par les passions tristes ; ne cherchons pas des coupables : la police, les magistrats et les politiques s'en chargent bien. Mais faisons comme le cavalier qui a heurté un obstacle : en avant, calme et droit. Cultivons l'art de bien vivre avec des bonheurs simples, ces petits bonheurs minuscules qui font le sel de la vie : boire un café en terrasse et manger un croissant avec des amis, aller au théâtre, au concert ou au cinéma, faire du sport, chanter, rire et danser, et travailler aussi. Quand on lui demandait : qu'est-ce qu'être normal ? Freud répondait : « pouvoir aimer et travailler ». Cette puissance là ne nous sera pas ôtée. Persévérons donc dans notre être et travaillons aussi à nous rendre heureux, ensemble.

    Jacqueline Lagrée
    Professeur émérite de philosophie
    Médiatrice de l'université de Rennes 1

    Le dessin «Peace for Paris» repris en tête de ce texte a été réalisé après les attentats du 13 novembre 2015 par l'artiste français Jean Jullien.



  • Évolution : le crâne humain favorise la vision périphérique

    La structure de l'orbite humaine est unique, comparée à celle des autres hominoïdes. Au cours de l'Évolution, elle semble avoir peu à peu favorisé notre vision périphérique. Publication dans Scientific Reports.

    Un cache de carton ne parvient pas à obturer la partie latérale de l'orbite humaine, contrairement à celle d'un autre hominoïde. Specimens MNHN. Crédit : E. Denion

    L'étude

    Pour aboutir à cette découverte, les scientifiques ont comparé les orbites de 100 crânes humains et de 120 crânes d'hominoïdes non humains.

    Ils ont pu montrer que les êtres humains et les gibbons possèdent des orbites nettement moins convergentes (moins orientées vers l'avant) que les chimpanzés, les bonobos, les gorilles ou les orangs-outans. Nos orbites sont plus larges que hautes, leur rapport largeur/hauteur étant le plus important parmi les hominoïdes. Ces caractéristiques suggèrent que notre morphologie favorise la vision latérale.

    Mais surtout, les auteurs de l'article ont observé que sur un crâne humain, le bord latéral des orbites (en anglais 'lateral orbital margin", abrégé LOM sur la figure ci-dessus) est placé plus en arrière que sur les crânes des autres hominoïdes. Nos globes oculaires, dont la position dans l'orbite est très antérieure, tirent profit de la position postérieure du bord latéral externe. Ce dernier ne s'interpose pas quand le globe oculaire se tourne vers l'extérieur, ce qui permet au champ visuel latéral d'augmenter de presque 50% dans cette position oculaire. Les scientifiques estiment probable que ces caractéristiques découlent davantage de la sélection naturelle, plutôt que d'être une simple conséquence de l'évolution d'autres structures crâno-faciales.

    La savane contemporaine - Parc du Serengeti - Photo : Thiery44/Flickr

    Bipédie, savane et ultraviolets

    Nous vivons en effet en milieu ouvert, où le risque de traumatisme oculaire par branches est faible comparé à celui, élevé, des autres hominoïdes qui vivent dans des forêts tropicales. De plus, nous vivons au sol, où la majorité de nos cibles visuelles se trouvent dans un plan horizontal. La bipédie, caractère distinguant les êtres humains des autres mammifères, entraîne une position haute et très verticale de la tête, qui se trouve en surplomb par rapport au corps, dans une position idéale pour balayer l'espace horizontal, au-dessous d'éventuels obstacles peu élevés. Ces facteurs suggèrent que l'abandon de la vie arboricole pour une vie dans la savane, lié à l'avènement de la bipédie, ont fait évoluer la morphologie de l'orbite humaine d'une façon telle que son rebord latéral a reculé.

    Enfin, les auteurs de l'étude pensent que cette position plus exposée du globe oculaire chez les êtres humains résulte d'un compromis entre les affections résultant de l'exposition de l'œil aux ultraviolets, tels que les ptérygions ou certaines cataractes, et un champ de vision large, dont les mouvements oculaires latéraux augmentent encore l'extension.

    Le contexte

    Notre champ visuel peut être divisé en deux zones distinctes :

    • la vision centrale, réduite à une petite surface, permet de voir net, avec une bonne restitution des couleurs. Elle autorise la perception du relief, mais se révèle inapte à suivre les mouvements rapides et perd beaucoup de sa précision en faible lumière.
    • la vision périphérique, la plus large (plus de 80% de notre champ visuel total), est floue et imprécise sur les couleurs, mais très rapide. Elle nous permet de détecter les mouvements avec une grande sensibilité, même en conditions de basse lumière.

    La vision centrale est très développée chez les prédateurs (comme chez le carnivore ci-dessous, un léopard Amur), qui ont besoin de situer leur proie avec précision dans l'espace. Elle est favorisée par la position des globes oculaires, convergents (orientés vers l'avant de la face).

    Une vision périphérique performante sur la détection des mouvements est cruciale pour la survie des proies (ci-dessous un herbivore, la gazelle Douglas). Elle est renforcée par la position latérale des globes oculaires.

    Chez les êtres humains, et de manière surprenante, le champ visuel périphérique est encore peu étudié. Le docteur Éric Denion y consacre ses recherches depuis plusieurs années, à l'aide d'instruments et de méthodes pionnières dans le domaine. C'est dans la continuité de ces recherches qu'il a orienté sa démarche vers la comparaison des champs de vision latéraux des hominoïdes, dont les résultats sont rapportés ici. Ils montrent que si, au cours de l'Évolution, le perfectionnement de notre vision centrale a renforcé nos capacités de prédateurs, ce processus s'est accompagné d'une extension de notre champ visuel latéral favorisant la détection des menaces : un véritable compromis évolutif vers la meilleure combinaison possible des deux avantages.

    Léopard Amur et Gazelle Douglas, un prédateur et une proie, deux champs de vision très distincts - Images Keven Law (g.), Khendon (dr.) / Wikimedia Commons

    Les auteurs

    Frédéric Mouriaux est professeur d'ophtalmologie à l'université de Rennes 1 et au CHU de Rennes. Il a dirigé les travaux du docteur Éric Denion, premier auteur de l'article, chef du service d'ophtalmologie au CHU de Caen et doctorant à l'UniCaen, qui a bénéficié de l'appui de ses collègues de l'UMR Comete (UMR-S 1075 Inserm/UniCaen - Mobilités : Attention, Orientation et Chronobiologie), de la faculté de médecine de l'UniCaen et du Centre de lutte contre le cancer François Baclesse :

    • Martin Hitier, maître de conférences des universités au CHU de Caen, oto-rhino-laryngologiste et anatomiste ;
    • Vincent Guyader, statisticien indépendant ;
    • Audrey-Emmanuelle Dugué, statisticienne au Centre François Baclesse.

    Parmi les travaux du docteur Éric Denion sur le champ visuel périphérique, on peut également noter cette étude qui relève une forte restriction du champ visuel lors du port de lunettes de soleil à monture épaisse. Cet élément doit être particulièrement pris en compte lors de la conduite de véhicules.

    Les lunettes de soleil à monture épaisse réduisent fortement le champ visuel périphérique - Image Pedro Ribeiro Simoes / Wikimedia Commons